19&20 MARS 2019
Paris porte de versailles Hall 7.1

J-29

Partagez cette page

Veille expert

Catégorie : Infos marché : chiffres et évolution

Publié le 31/01/2019

image Veille expert

Plus de la moitié des Français ont acheté, en 2017, des produits et services sur internet, parmi lesquels 29% de produits d’alimentation, pour un total de 81,7 milliards d’euros dépensés. Internet est devenu le 5ème circuit de distribution bio après la grande distribution, les magasins spécialisés, la vente directe et les artisans commerçants.

Par ailleurs, 100% des clients qui ont utilisé le drive ont acheté au moins une fois des produits bio. Cependant, les distributeurs spécialisés sont encore trop peu présents sur le web, l’enjeu est donc de taille pour s’adapter à ce mode de consommation.

Le CA des desserts d’épicerie = 1,15 Mds € (+ 0,7 %)
- Compotes : 525 M€ (+2,3 %)
- Aides à la pâtisserie : 250 M€ (+0,6 %)
- Fruits au sirop : 155 M€ (+ 0,7 %)
- Préparations pour desserts : 100 M€ (- 1,9 %)
- Sucres et levures : 75 M€ (-1,6 %)
- Desserts prêts à consommer : 50 M€ (-6,1 %)

Compotes :
- Les gourdes : 326 M€ (+ 3,3 %)
- Les coupelles : 127,6 M€ (=)
- Bocaux : 70 M€ (+ 2,8 %)

Part de marchés des intervenants :


- MOM (Materne) : 48,1 % (- 0,1 pt)
- MDD : 36,3 % (+ 1,7 pt)
- Andros : 10,9 % (- 2 pt)
- St Mamet : 0,4 % (- 0,5 pt)
- Autres : 4,3 % (+ 0,9 pt)

Le commerce de proximité a atteint un CA de 11 Mds € en 2017 soit 10,4 % du marché. Il y a aujourd’hui 10 708 magasins de proximité en France (Source Iri 2018)

Il y a 2700 magasins spécialisés bio en France. Ils ont réalisé un chiffre d’affaires de près de 2,9 milliards d’euros en 2017, en hausse de +15% par rapport à 2016. Cela représente 36 % du marché bio. En France, la distribution bio, qui fait face à une forte concentration et à l’arrivée nouvelle de magasins bio créés par la grande distribution généraliste, doit s’organiser pour se restructurer et, elle aussi, affirmer son identité, notamment en se concentrant sur la proximité avec les consommateurs. Il est ainsi important pour les magasins bio de valoriser l’origine terrienne de leurs produits, liée aux partenariats avec les producteurs, de développer la formation de leurs collaborateurs pour favoriser le conseil et de s’approprier les outils numériques pour fidéliser les consommateurs en faisant bon usage des big datas. En effet, en complément du concept et du savoir-faire, le numérique est un axe fort pour améliorer l’expérience du consommateur et le fidéliser. Les points de vente bio disposent d’une large palette de pistes à explorer pour se différencier via les réseaux sociaux, la géolocalisation, les méthodes d’encaissement, le e-commerce, la dématérialisation des bons de réduction et des cartes de fidélité, l’accès Wifi offert aux clients, le Click and Collect, etc.