20 et 21 Mars 2018 Paris Porte de Versailles - Hall 7.1

* Marques Associées Distribution Event

Colloque Innovation

Le Cycle de l'Innovation 
" Créer de la  valeur ajoutée : tous concernés ! "
 

Des thématiques fortes au cœur de l’actualité de la filière, des experts parmi les plus compétents dans leur domaine. Axé sur l’innovation, le deuxième colloque MDD Expo possédait de sérieux atouts pour rencontrer un succès bien mérité.
Le 28 janvier dernier dans le cadre du colloque Le Cycle de l’Innovation « Créez de la valeur ajoutée, tous concernés ! »  MDD Expo a réuni près de 100 auditeurs à l’Espace Grenelle autour de l’innovation, des 21 intervenants et Matthias FEKL, Secrétaire d’Etat en charge du Commerce Extérieur, des Français de l’Etranger et de la Promotion du Tourisme.

Voici en synthèse les grandes lignes de la journée.
 

Usage, hybridation et contrainte. Trois mots revenus souvent lors du colloque sur le cycle de l’innovation organisé par MDD Expo le 28 janvier dernier, à Paris, sous le titre « Créez de la valeur ajoutée: tous concernés ». Pour la vingtaine d’orateurs venus de tous horizons (distributeurs, industriels, grossistes, universitaires, analystes, consultants) ces trois termes désignent les principaux accélérateurs de l’innovation aujourd’hui. L’innovation dont il a été rappelé combien elle est vitale. Sur le marché intérieur, pour « sortir par le haut », de la spirale déflationniste et, à l’international, pour gagner des marchés et poursuivre le redressement de notre balance commerciale. Matthias Fekl, le Secrétaire d’Etat au Commerce Extérieur, également en charge des Français de l’Etranger et de la Promotion du Tourisme, présent lors des débats, a insisté sur le lien très fort existant entre export et innovation. « L’innovation est l’un des aspects clé de la compétitivité hors coûts de notre économie (…) Lorsque nous remportons des marchés, c’est précisément parce que la compétitivité hors coûts est là et que les gens apprécient l’innovation française et même l’innovation à la française ». L’innovation est la seule solution pour échapper aux arguties « sur le volume et le prix », comme le souligne justement Freddy Thiburce, le Directeur Général du Centre Culinaire Contemporain.

Si le constat est partagé, reste à savoir si une méthode existe pour mieux innover ? Histoire de ne pas s’en remettre uniquement aux « coups de génie et aux coups de chance des innovateurs » et de faire baisser la redoutable mortalité qui sévit dans les linéaires, comme le souligne Gilbert Giacomoni, Maître de conférence à l’école d’ingénieur AgroParisTech. Au bout de 6 mois, 55% des produits de grande consommation lancés chaque année ont disparu des rayons et les 2/3 au bout d’un an d’après l’Institut Nielsen. Edifiant !

 

Quelques chiffres clés à retenir  
  • 26 semaines, c’est le délai moyen au bout duquel 55% des références lancées chaque année, en Europe, ont disparu des rayons. Seul 1/3 des nouvelles références passe le cap de la première année (source : Nielsen).
  • 121 000, c’est le nombre d’entreprises exportatrices en France. Elles sont deux fois plus en Italie et trois fois plus en Allemagne (source : Secrétariat d’Etat au Commerce Extérieur).
  • 4% du marché des cosmétiques en France viennent de sa filière bio soit 400 millions€ de ventes avec une croissance annuelle moyenne de 25% (source : Cosmed).
  • 1,5 milliard€, c’est le chiffre d’affaires annuel (prix de vente consommateur) réalisé par les quelque 1000 produits vendus avec le label Bleu Blanc Cœur (source : Bleu Blanc Cœur).  

 

 

Elargir le spectre grâce à l’approche par les usages

Toujours penser à l’usage qui sera fait du produit par le consommateur  est le plus sûr moyen d’éviter les fausses routes. Combien y a-t-il de cas de recherche appliquée où l’on ne se pose la question de l’usage qu’à la fin de processus ? Beaucoup trop encore. Dommage ! « On maximise ses chances de réussite quand on applique la « théorie de l’emploi »[1], c’est-à-dire que l’on fait de la circonstance d’usage du produit le cœur de l’innovation », confirme Virginie Gorgeon, Responsable du Département Innovations de Nielsen France. L’approche permet aussi d’élargir le spectre. Fini d’opposer l’innovation technologique, celle des composants et des process de production, à l’innovation des marchés et des usages. Car, comme le souligne Freddy Thiburce, « intégrer le plus tôt possible la contrainte de l’usage est éclairant y compris pour des programmes de recherche appliqués ». S’attacher aux usages a une dernière vertu : casser les silos à l’intérieur des entreprises. « C’est à l’occasion de discussions sur l’usage futur des produits par les consommateurs que l’on peut faire collaborer des départements qui en général ne se parlent pas », explique Dominique Desjeux, anthropologue, sociologue et Professeur émérite à l’Université Paris V.

Le meilleur moyen de comprendre et d’anticiper les usages est d’observer les consommateurs en situation mais aussi comme cela se fait de plus en plus de les associer au développement produit. Auchan le fait avec son fournisseur Delidess, une PME d’une cinquantaine de salariés spécialisée dans la pâtisserie ultra-fraîche. En 2014, sur une page Facebook, les internautes étaient invités à proposer leurs recettes de pâtisserie maison, sachant que celles qui seraient élues par la communauté seraient mises en production et vendues dans les hypers et supermarchés de l’enseigne. Deux produits sont en rayon aujourd’hui sous la marque premium Mmm ! Expérience concluante puisqu’Auchan l’a renouvelée avec un potage. « Coconstruire avec nos clients, leur demander leur avis pour éviter de commettre des erreurs, pour gagner du temps dans le développement et créer de la différenciation afin d’avoir des produits uniques dans nos magasins, est une volonté chez nous », conclut le patron du développement produit d’Auchan.

 

L’innovation est-elle une science

Processus itératif, l’innovation a pour point de départ une idée, pas obligatoirement géniale, qui sera améliorée pas à pas à l’occasion de croisements et de rencontres. C’est tout l’enjeu de l’hybridation, une méthode pour discipliner l’innovation et tenter d’en faire une science. Mais l’hybridation c’est quoi ? « C’est la capacité à aller chercher et intégrer au fil de l’eau les compétences métier nécessaires pour faire tomber les obstacles qui se dressent sur le chemin d’un projet », résume Fabrice Clochard, sociologue et Directeur de recherches au Centre Culinaire Contemporain. Avant d’expliciter : « au Centre Culinaire, nous avons pris le parti d’avoir des briques qu’on assemble en fonction des situations. Des représentants de l’ensemble de la filière du manger industriels, chefs, producteurs, restaurateurs, équipementiers, distributeurs figurent parmi notre centaine d’adhérents. » Elisabeth Payeux, Directrice Générale Adjointe du Centre Technique de Conservation des Produits Agricoles (CTCPA) ne dit pas autre chose : « On aborde l’innovation par une question, mais pour y répondre, il faut élargir le débat et donc faire appel à des compétences multiples ». Ces compétences sont parfois universitaires. Les collaborations entre entreprises et écoles au travers de chaires et de fondations sont plus fréquentes et plus faciles à monter qu’il y a quelques années notamment en raison de dispositifs fiscaux incitatifs. Elles peuvent aussi  prendre corps dans le monde de l’entreprise. Entre acteurs d’une même branche comme l’a expliqué Christian Guyader, le Pdg de Guyader Gastronomie, à travers l’exemple des filières qu’il a organisées sur le poisson fumé avec des pisciculteurs en Bretagne et dans les Pyrénées pour la truite, et avec une association de pêcheurs bretons pour d’autres espèces (sardine, lieu, merlu). Mais aussi entre des opérateurs de secteurs différents. Pour preuve la filière cosmétique. Elle utilise aujourd’hui pour ses crèmes de soin, des techniques de stérilisation  ultra haute température (U.H.T) empruntées à l’agroalimentaire. « Nous observons l’industrie agroalimentaire depuis longtemps et on s’en inspire pour un certain nombre de nos innovations. On est dans le croisement », explique Jean-Marc Giroux, le président de Cosmed, une association professionnelle qui regroupe plus de 600 fabricants de cosmétiques en France. L’association adhère d’ailleurs depuis un an à Terralia le pôle de compétitivité de la filière fruits et légumes.

Quelques définitions de l'Innovation:

« Pour moi l’innovation ce n’est que du métissage, de l’assemblage d’idées. C’est pour ça qu’il faut plusieurs cerveaux. L’innovation, c’est la transformation de choses qui existent déjà », Fabrice Peltier, Consultant, conseil en création et design packaging.

« En innovation, on oppose trop souvent l’innovation technologique, celle des procédés et des process de  production, aux logiques d’innovation par le marché et les usages. Or, il y a de plus en plus de démarches qui croisent les deux à travers de la recherche appliquée », Freddy Thiburce, Directeur Général du Centre Culinaire Contemporain.

« Quand un manager pense innovation, il pense consommation. Combien les consommateurs consomment-ils de mon produit ? Quel est leur profil ? Les vrais innovateurs, eux, vont penser non consommation, à ces moments où les consommateurs sont obligés de trouver des alternatives et de procéder à des arbitrages », Virginie Gorgeon, Responsable du Département Innovation de Nielsen France.

« Du point de vue du consommateur, l’innovation c’est quelque chose qui va répondre de façon nouvelle aux problèmes qu’il rencontre. Et ce n’est pas forcément une innovation technologique », Dominique Desjeux, anthropologue, sociologue et Professeur émérite à l’Université Paris V.

« Attention à ne pas faire du sur premium. On pourrait être tenté d’en faire trop quand on manque d’innovation. Une galette de Pont Aven avec 30% de beurre c’est suffisant. Ce n’est pas la peine d’en mettre 35% », Christian Tacquard, Président du Groupe Galapagos.

 

Poult connecte les biscuits et les acteurs

Un autre exemple, ou plutôt une aventure a marqué les esprits le 28 janvier. C’est celui de la Biscuiterie Poult. Elle a mis sur le marché un biscuit connecté il y a trois mois. Dans son étui bleu, il apparaît en réalité augmentée dès que le consommateur scanne le logo imprimé sur l’emballage, pour peu qu’il ait téléchargé l’application idoine sur son smartphone. Il peut alors en savoir plus sur le produit, sur ses ingrédients et son histoire. Principalement testé par 40 000 patients de la clinique Pasteur à Toulouse, il a aussi été distribué à 5 000 unités lors de la Cop21. Le cas de biscuit connecté illustre encore une fois l’innovation collaborative. Ce programme réunit quatre acteurs et tous de la région de Toulouse : la clinique Pasteur, la coopérative Arterris qui fournit la farine des biscuits, la start-up Ubleam qui a créé l’application et l’industriel aux 800 salariés et 200 millions€ de chiffre d’affaires qui fabrique les biscuits. S’y ajoute un cinquième opérateur, Bleu Blanc Cœur, une association à l’origine d’une filière dont l’objectif est de « garantir une chaine alimentaire respectée du champ à l’assiette ». Un attelage surprenant mais d’autant plus riche. « Le biscuit connecté est le fruit d’une rencontre entre nos équipes achats et celles de la clinique Pasteur », se souvient Alexandre Dandan, avant de poursuivre, « à partir de là, l’idée a germé et nous sommes allés chercher des partenaires pour transformer le projet en réalité industrielle. »

 

La contrainte comme aiguillon

Industrialiser et transformer en produits commercialisables ce qui n’est au départ qu’un projet prometteur, est un des enjeux majeur de l’innovation. « Le design c’est de la création sous contraintes », indique Fabrice Peltier, consultant et conseil en création packaging. Et ce n’est en aucun cas un regret de sa part. Les contraintes,  notamment techniques, ne brident pas la créativité. Elles doivent seulement être intégrées suffisamment tôt pour ne pas risquer de tuer le projet, car l’industrie est un univers d’effets papillon. Ainsi, le simple fait de modifier le diamètre d’une bouteille risque de faire bouger le plan de palettisation avec tous les effets que cela suppose sur le stockage, le transport et donc les coûts voire sur la RSE. Faut-il alors renoncer au changement ? Non répond Fabrice Peltier. « L’idée n’est pas de ne pas toucher au diamètre de la bouteille, c’est de le faire pour une bonne raison, de prévenir en amont et d’avoir l’approbation de tout le monde. »

Parfois, la contrainte est même le principal levier de l’innovation. La filière des cosmétiques bio qui représente un marché de 400 millions€ en France en atteste. Lorsque les fabricants ont décidé de supprimer certains conservateurs de leurs produits, des solutions alternatives ont dû être trouvées : il a fallu se montrer encore plus vigilants sur la « propreté » des matières premières ; il a fallu adopter la stérilisation U.H.T. et des techniques de travail en salle blanche, comme dans la pharmacie ou l’informatique, pour éliminer les éléments pathogènes, enfin, il a fallu faire des progrès considérables en matière d’emballage, flacons et pompes, pour garantir l’intégrité des contenus tout au long de leur cycle de vie. « A partir d’une contrainte spécifique, toute la filière s’est redessinée autour d’un besoin d’innovation, du sourcing jusqu’à nos partenaires fabricants de packagings », résume Jean-Marc Giroux. Une façon de dire que l’innovation est une chaine.

 

[1] Selon la « théorie de l’emploi » exposée par Nielsen, « les nouveaux produits répondent soit à un moment de non consommation, soit à un arbitrage que les consommateurs sont obligés de faire, soit à une difficulté qu’ils rencontrent. »


->Lire le PDF de Nielsen

 

Avec les interventions de :
  • Les organisateurs du colloque ont été très honorés de recevoir M. Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat en charge du Commerce Extérieur, des Français de l’Etranger et de la Promotion du Tourisme, pour une prise de parole.

Mais aussi :

  • Jacques CREYSSEL, Président de la FCD
  • Dominique BRABANT, Directeur AUCHAN Production
  • Sébastien SANTANGELI, Directeur MDD Food & Non Food METRO
  • François RICHARD, Directeur marketing produit TOUPARGEL 
  • Fabrice PELTIER, Expert du « design-packaging », Président de l’INDP
  • Christian GUYADER Président-Directeur Général de GUYADER & Président du Centre Culinaire Contemporain
  • Christian TACQUARD Président-Directeur Général GALAPAGOS LOCMARIA
  • Fabrice CLOCHARD, Sociologue et Directeur de recherche du Centre Culinaire Contemporain
  • Dominique DESJEUX, Anthropologue et sociologue Professeur émérite Université Paris Descartes
  • Pierre WEILL,  Président BLEU BLANC CŒUR, PDG de VALOREX & Président de VALORIAL
  • Laurent BOISSERIE, Président de DELIDESS  
  • Lucien GEORGELIN, Président-Directeur Général des Confitures Lucien GEORGELIN
  • Elisabeth PAYEUX, Directrice Générale Adjointe CTCPA
  • Gilbert GIACOMONI, Senior Lecturer at AGROPARISTECH in Design for innovation, economic performance and value engeeniering. He also represents the International Council for Education, Science and Technology at UNESCO and ISTEC Business School
  • Virginie GORGEON, Vice-Président NIELSEN Innovation.
  • Alexandre DANDAN – Manager Innovation Biscuiterie POULT
  • Jean-Marc GIROUX, Président COSMED

 Mais aussi

Matthias FEKL, le secrétaire d’Etat au commerce extérieur

 

 

« Le plus grand compliment pour un innovateur est d’entendre dire : ” c’est tellement évident ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé moi-même ?” » Peter Drucker

 

Retour le programme du colloque Innovation


>> 9h00 - Introduction par Sébastien GILLET

 

  
9h15-10h15
 TOUS CONCERNES! LA CO-INNOVATION DANS L'ENTREPRISE
 

 

" L’innovation est une alliance entre recherche, marketing, instinct, imagination, produit et courage industriel. "  Antoine Riboud

 

Partage d’expériences
  • Alexandre DANDAN Manager Innovation Biscuiterie POULT
  • Fabrice CLOCHARD Sociologue
    et Directeur de recherche du Centre Culinaire Contemporain  
      

 

 

 

Co-innover, tous les services sont concernés dans l’entreprise, partage des savoirs avec les hommes et les femmes de l’entreprise.

 

Co-innover avec les centres de recherches et les centres techniques

Table ronde réunissant :
  • Alexandre DANDAN Manager Innovation Biscuiterie POULT 
     
  • Fabrice CLOCHARD, Sociologue et Directeur de recherche du Centre Culinaire Contemporain
     
  • Gilbert Giacomoni, Senior Lecturer at AGRO PARISTECH & UPEC - Design for innovation, economic performance and value engineering 
     
  • Elisabeth PAYEUX, Directrice Générale Adjointe CTCPA 
     
  • Jean-Marc GIROUX, Président de COSMED
      

 

" Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas à l’actif d’une entreprise : sa réputation et ses hommes. "  Henry Ford

 

 


10h30-11h45 TOUS CONCERNES! LA CO-INNOVATION AU SEIN D'UNE FILIERE
 

Retour d’expériences 
 

Avec BLEU BLANC COEUR  et son président Pierre WEILL, également PDG de VALOREX & PDG de VALORIAL
 

Table ronde réunissant :
  • Pierre WEILL, Président de BLEU BLANC CŒUR
     
  • Christian GUYADER, Président-Directeur Général de GUYADER & Président du Centre Culinaire Contemporain
     
  • METRO pour ses filières et le travail avec les restaurateurs - Sébastien SANTANGELI, Directeur MDD Food & Non Food METRO
     
  • CENTRE CULINAIRE CONTEMPORAIN
     

 

 


 

La stratégie de la coopération au service de l’innovation et de la qualité. La création de filières production/ transformation/ distribution.


 

   
11h45-13h TOUS CONCERNES! INNOVATION MARQUES PROPRES VS MARQUES NATIONALES


« La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à rajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. » Antoine de Saint-Exupery
 
NIELSEN

Présentation d'une étude inédite sur l'innovation
Virginie GORGEON, Vice-Présidente NIELSEN Innovation

 

Exploration d’une co-innovation réussie

Enseigne/ fabricant et consommateur avec témoignage du lauréat des Grés d’Or, Prix Innovation de la FEEF.

  • Laurent BOISSERIE Directeur Général de DELIDESS
  • Dominique BRABANT, Directeur AUCHAN Production

 

Exemple de démarche participative 

Consommateurs / Chef cuisinier 2 étoiles / Toupargel : une innovation à marque propre « La distribution c’est nous, la cuisine c’est vous » - les spécificités de la livraison à domicile

  • Fraçois RICHARD, Directeur marketing produit TOUPARGEL    

 

>> 14h00 : Reprise avec Matthias FEKL, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur

 


   14h30 -15h45 TOUS CONCERNES! RENFORCER LE LIEN AVEC LE CONSOMMATEUR

L’innovation est la rencontre entre le champ du techniquement possible et celui du socio économiquement désiré. »J.B. de Boissière et Bertrand Warrusfel
 

Présentation de Fabrice CLOCHARD , Sociologue et Directeur de recherche du 3C en duo avec
Dominique DESJEUX, Anthropologue et sociologue Professeur émérite Université Paris Descartes


 

   
15h45-17h15 TOUS CONCERNES! QUELLES INNOVATIONS POUR QUELS MARCHES ?
   


«  La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. » Albert Einstein
 

 
 

Fabrice PELTIER, Expert du « design-packaging », Président de l’INDP

 

 

 

Le design  pour « donner envie ». Susciter l’envie du consommateur et ne pas le décevoir…..Adapter son design à ses marchés….Comment bien valoriser et rendre lisible « la promesse produit », associer les « usages » ?

« Le hasard ne favorise que les esprits préparés. » Louis Pasteur

 

 

 

 

 

 

Les marchés classiques « se ferment » pendant que d’autres s’ouvrent en France et à l’international. Comment innover pour être au rendez-vous ? Analyse de quelques modèles de création de valeur.

 


« Le hasard ne favorise que les esprits préparés. » Louis Pasteur  

Table ronde avec :
  • Christian TACQUARD, Président-Directeur Général GALAPAGOS LOCMARIA - l’expérience d’un développement à l’international
     
  • Fabrice PELTIER, Expert du « design-packaging », Président de l’INDP - l’adaptation du conditionnement et du design
     
  • Lucien GEORGELIN, Président-Directeur Général des  Confitures Lucien GEORGELIN - l’adaptation de son process industriel à des recettes traditionnelles
     
  • France AME Président de CRENO, grossiste exportateur de fruits & légumes 

Les industriels témoigneront sur leur ouverture à l'export.

Perspectives du commerce de demain : le numérique…
  • Jacques CREYSSEL, Président de la FCD
     

 

>> 17h15-17h30 - CONCLUSION avec

  • Sébastien Gillet, Directeur du salon